Le Cel de Justine
Tout commença...

Il était une fois....

L'histoire commence comme un conte de fée, mais malheureusement se poursuit en tragédie.  L'histoire d'un homme et d'une femme tout deux divorcés  qui se rencontrent, tombent amoureux, font un enfant et se marient... L'histoire de million de gens mais voila, un jour de mars.... 

 

Nous rentrons de voyage de noce, quand la terrible nouvelle tombe. Le bébé que nous attendons est atteint d'une trisomie.

 

A partir de ce moment, tout va très vite, voir même trop vite : entre la prise du premier rendez-vous le lundi et l'entrée à l’hôpital, il s'est écoulé moins d'une semaine.  Le vendredi matin, j'entre donc à la maternité. Je prends mes premiers comprimés et le travail commence... tout doucement.

Tout ne se passe pas comme prévu. Mon accouchement est très long ; trois longues journées. Psychologiquement, je ne suis pas prête. Il me faut du temps pour accepter de mettre fin à cette grossesse, d'accepter de voir partir cette petite fille que nous aimons déjà tant. Mais nous savons que la décision que nous avons prise est la meilleure pour tout le monde ; pour elle, pour nous et nos quatre enfants.

 

Durant ces trois jours, je discute longuement avec les sages- femmes. Je les remercie encore pour leur soutien et toute l'aide psychologique qu'elles m'ont apportée. C'est lors de nos discutions que Catherine, sage-femme, me demande si j'ai pensé à un vêtement pour mon bébé. J'avoue que cela m'a totalement échappé.  Elle me propose alors une grenouillère de nouveau-né.  Nous parlons toute la nuit de la prise en charge des familles, de l’accompagnement, des difficultés rencontrées. Cela m’aide à me préparer à l’issue finale.

 

Nous sommes dimanche soir. Mon petit ange naît à 22 semaines. Elle est déclarée à l'état civil et nous devons procéder à ses funérailles. Je veux qu'elle soit enterrée dignement et dès ma sortie de la maternité, je me mets en quête d'un habit qui soit à sa taille. Le vêtement prêté par la sage-femme est beaucoup trop grand. Il n'existe malheureusement rien qui soit adapté et je me rends dans un magasin de jouet où je trouve des vêtements de poupée. Elle est magnifique dans sa petite robe rose, notre petite Justine. C’est cette image que nous avons en mémoire dès que nous pensons à notre bébé. Nous faisons notre maximum pour elle. Le sentiment d'être allé jusqu'au bout des choses nous permet d’avancer dans le processus de deuil. Avec l'aide d'une équipe compétente et avec le temps nous surmontons cette difficile épreuve.

 

 

Afin de remercie l’ensemble de l’équipe médicale de la maternité pour leur soutien, je crée un petit vêtement. J’en réalise plusieurs exemplaires que j'offre à la maternité.

Le temps passe, presque un an s’est écoulé. La curiosité me pousse à contacter la sage-femme pour savoir ce que sont devenu les habits que je lui ai confectionné. Elle me révèle alors le succès de mon produit, le « bonheur » des parents et l’enthousiasme de l’équipe médicale.

 

Depuis le printemps 2004,  le vêtement est utilisé dans cette maternité. Suite aux témoignages recueilli par Catherine (sage-femme), j’ai créé cette association afin de le faire connaître et de permettre à un maximum de famille de l’acquérir. J’espère qu'il vous aidera un peu à surmonter cette douloureuse épreuve.

             

 

A vous parents qui êtes dans la douleur, je vous souhaite beaucoup de courage et je suis de tout coeur avec vous. 

 

La présidente

Véronique DURAND